Mercredi 5 septembre, Orianne Lopez a couru le 100 mètres aux Jeux paralympiques de Londres. Cette jeune femme âgée de 23 ans, née avec une jambe atrophiée, s’est lancé ce défi quand elle a vu courir l’Alésien Dominique André, champion olympique et champion du monde handisport dans les années 2000. La jeune fille l’a contacté alors qu’elle était encore lycéenne. Sur ses conseils, elle s’est tournée vers un prothésiste montpelliérain afin de trouver l’appareillage qui lui permettrait de passer au haut niveau.La demande est simple, la réponse beaucoup plus complexe. Car, comme l’explique Dominique André, « vous pouvez avoir la prothèse la plus performante du monde, si elle ne s’emboîte pas à la perfection sur le membre, vous avez des douleurs et ne pouvez rien en faire. Le prothésiste joue donc un rôle fondamental ».

Marcenac – Ducros

Lire la suite de l’article